Bienvenue sur mon blog

Concert exceptionnel (FONDAMENTUS) à l’occasion de la 3ème Conférence pour la sauvegarde d’Angkor
8 décembre, 2013, 3:00
Classé dans : Art et culture,Evènements

 

 

Concert Handel, Bach et Ballet royal du Cambodge aux temples d'Angkor

Concert Handel, Bach et Ballet royal du Cambodge aux temples d’Angkor

P1190150  DSCF5655DSCF5658 DSCF5663 DSCF5676 DSCF5691 DSCF5704  P1190193DSCF5712DSCF5710DSCF5723 DSCF5740 DSCF5743 DSCF5751 DSCF5755DSCF5764  DSCF5765 DSCF5767   P1190165 P1190173 

 

Bonjour,

Nous avons eu le plaisir d’être invités à l’occasion de la 3ème conférence pour la sauvegarde d’Angkor au CONCERT exceptionnel, FONDAMENTUS, dans l’enceinte des temples d’ANGKOR VAT, regroupant le Quatuor des Equilibres, dirigé par Odile Perceau, accompagné par le National Symphony Orchestra de Myanmar (ancienne Birmanie) et l’inoubliable Ballet Royal du Cambodge, dont la chorégraphie conçue par la Princesse NORODOM Bopha Devi.

 

Cet exceptionnel et culturel évènement, sous le haut patronage de sa Majesté, le Roi du Cambodge, NORODOM SIHAMONI, qui a choregraphié la danse de Mlle Sok Dali (« l’ange blanc » sorti des murs d’Angkor) a été un vrai succès. Il a été dédié en hommage à la mémoire et commémoration de feu Sa Majesté le Roi NORODOM Sihanouk (décédé le 15/10/2012) . Un hommage a été également rendu à un grand homme que le monde entier regrette, N. Mandela, décédé la veille .

 

A la fin du magnifique spectacle « Son , Lumière, Dance » , sous la houlette de sa Majesté le Roi Sihamoni, nous nous sommes tous levés pour accompagner l’âme de sa Majesté NORODOM Sihanouk ainsi que celle de Mr Mandela dans ces magnifiques temples d’Angkor. Paix à leur âme ! Paix aux milliers de Cambodgiens morts sous les atrocités ! Un EVENEMENT unique et grandiose avec des musiciens qui interprètent Handel…, des Apsaras du Ballet Royal du Cambodge, esquissant des gestes de danse, avec une grâce qui nous laisse sans voix, sous l’admiration de tout le public présent. Un vrai rêve qui nous donne encore des frissons surtout lorsque « l’ange blanc », l’Apsara, tout de blanc vêtue, apparut comme un enchantement, une pure merveille ! 

 

Nous remercions sa Majesté, le Roi du Cambodge, la princesse Norodom Bopha Devi, tous les participants, organisateurs, musiciens, danseurs qui nous ont permis de rêver durant ce spectacle grandiose dans un lieu MAGIQUE !

 

Bien cordialement

Honorine Aline Fitte



Bonne Année du Serpent (Chnam Masagnn) !
14 avril, 2013, 5:02
Classé dans : Art et culture,Evènements

Si vous voulez voir l’agrandissement de chaque photo, cliquez une 1ère fois sur la photo, quand elle apparaîtra, recliquez encore une fois et elle s’agrandira.

 

Bonjour,

Notre Fondation Eléphant Blanc du Cambodge vous souhaite une très Bonne et Heureuse Année du Serpent !

Qu’elle vous apporte Joie, santé, paix, prospérité, bonheur et amour aux uns et aux autres !

Nous vous donnons ci-dessous la signification de cette fête qui est la plus importante pour les Cambodgiens :

 »  Chaul Chnam Thmey soit littéralement « Entrer dans la nouvelle année » est le nom officiel des fêtes cambodgiennes qui célèbrent le nouvel an khmer. Elles durent trois jours, et les dates sont fixées chaque année en se fiant à l’ancien horoscope. Les Cambodgiens vivant à l’étranger peuvent en changer les dates pour les faire coïncider avec un weekend.

Au temps de la gloire d’Angkor, les ancêtres des Cambodgiens modernes avaient adopté le calendrier lunaire. Des missionnaires étrangers avaient signalé que vers la fin du Xe siècle la « Nouvelle Année » chez les Khmers tombait le mois de MIKASIRA (fin novembre ou début décembre suivant le calendrier solaire), premier mois du calendrier lunaire.

Au XIe siècle, la fête de nouvel an khmer a été déplacée au cinquième mois du calendrier lunaire (mi-avril) par les rois Suryavarman II ou Jayavarman VII (les sources sont en désaccord sur ce point). En effet, la grande majorité des Cambodgiens travaillaient la terre et étaient très occupés pendant la période allant de novembre à mars. En avril les moissons sont terminées et les agriculteurs peuvent jouir du fruit de leurs récoltes avant que la saison des pluies commence. À l’origine, la fête était célébrée selon le rite brahmanique, la religion alors dominante parmi les élites de l’Empire Khmer, qui depuis a été supplantée par le Bouddhisme dans la vie des Cambodgiens aussi bien que dans la fête. 

D’ordinaire, les cloches et les gongs des pagodes annoncent l’arrivée du Nouvel An dans presque tous les villages.

 Moha Sangkran (1er jour)

Moha Sangkran du sanskrit Sankranti, « la grande marche », marque la fin de l’année et le début d’une nouvelle et correspond à la réception d’une nouvelle devata à forme animale (un des douze signes astrologique) qui doit venir s’occuper du monde. 

Pour ce premier jour de fête, on décore la maison afin d’accueillir comme il se doit cette nouvelle divinité. Le matin, on apporte des repas aux bonzes à la pagode et on leur demande des renseignements sur le Dharma, la loi bouddhique. On en profite pour confectionner et allumer des bougies ainsi que des bâtonnets d’encens. Les membres de chaque famille rendent hommage au Bouddha et le remercient pour ses enseignements en s’inclinant, s’agenouillant et se prosternant trois fois devant son image. 

L’après-midi, on commence à participer à des jeux traditionnels qui seront pratiqués pendant toute la fête, généralement dans l’enceinte de la pagode. Pour les jeunes, cette fête est une occasion de rencontre très importante. En effet, traditionnellement, les relations entre les garçons et les filles sont très limitées et il est mal vu de sortir ou de jouer ensemble. Le nouvel an est donc une des rares occasions où ils sont autorisés à le faire et où les jeunes célibataires peuvent rechercher des partenaires. 

Pour se porter chance, les fidèles utilisent de l’eau bénite avec laquelle ils se lavent le visage le matin, la poitrine le midi et les pieds le soir avant d’aller se coucher. 

Voreak Wanabat (2ème jour) 

Ce second jour est consacré à l’adoration et à la charité envers les moins fortunés ; on offre des cadeaux aux pauvres, aux domestiques, aux sans abris et aux foyers à très faible revenus. Les familles se rendent dans les pagodes pour honorer leurs ancêtres.

On érige également des monticules de sable sur le sol des pagodes. Un grand dôme est dressé au centre qui représente Culamuni Cetiya, le stûpa de Tavatimsa où sont enterrés les cheveux et le diadème de Bouddha. Le grand amas est entouré de quatre plus petit qui symbolisent les stûpas de Sariputta, Moggallana, Ananda et Mahākāshyapa, les principaux disciples du Bouddha. Dans certains villages du pays, la coutume veut qu’on remplace le sable par du paddy (riz non décortiqué) voire qu’on fasse cohabiter les deux matériaux.

Les monts peuvent aussi être ornés de tentures et d’oriflammes en papier multicolore.

Thngai Laeung Saka (3ème jour)

Ce jour, qui signifie littéralement « entrée dans le nouveau millésime » est celui de l’adoration et marque le début solennel dans la nouvelle année. C’est à cette occasion qu’a lieu la cérémonie du Pithy Sroang Preah qui clos les festivités.

Les fidèles nettoient les statues de bouddha avec de l’eau parfumée. Baigner les représentations du bouddha symbolise le fait que l’eau est indispensable à toutes les sortes de vies. C’est également un moyen d’acquérir longévité, chance, bonheur et prospérité.

On invite également les parents, patriarches, guru (maîtres, chapelains) à prendre un bain En procédant ainsi, les enfants expriment leurs gratitude, demandent le pardon pour les fautes commises et espèrent obtenir les meilleurs vœux et conseils pour le futur.

 

Les bonzes sont mis à contribution pour présenter des vœux aux trois joyaux (le Bouddha, le Dharma, le Sangha) et aux mânes des parents ; enfin on libère des animaux, surtout des oiseaux, achetés au préalable au marché.

 

 

Traditions du nouvel an :

Une tradition de ce nouvel an veut que l’on verse de l’eau ou du plâtre sur les passants. 

Le nouvel an khmer en plus d’être une grande fête traditionnelle et religieuse, est, comme déjà évoqué ci-dessus, une bonne occasion de rencontre pour les Cambodgiens. Traditionnellement, lors de cette fête, de nombreux jeunes célibataires font connaissance, convolent en noces et bâtissent de nouvelles familles

Fidèles à une habitude en passe de devenir une tradition, depuis quelque trois ou quatre décennies, les Cambodgiens profitent des jours de congés du Nouvel An pour se rendre en pèlerinage à Angkor où ils s’adonnent aux joies du camping et du pique-nique tout en visitant les temples de pierre ancestraux.

Dans certaines provinces ou régions, le Nouvel An est précédé et prolongé de jeux populaires pendant un mois avant et presque un mois après l’événement. On va se rassembler dans la pagode, sur les places publiques, dans les sites historiques ou touristiques pour danser, se distraire et, aux dires des anciens, inviter les mânes des ancêtres à rejoindre cette atmosphère festive et à célébrer la gloire d’antan . « 

 

Bonne fête !

Honorine A. Fitte

 

 



Quelques aspects de la culture cambodgienne
28 mai, 2009, 8:08
Classé dans : Art et culture,VIDEOS

 

Image de prévisualisation YouTube                                                    ©Aline H.Fitte

 

Cette danse est sublimissime ! c’est la danse des Géants (mais avec quelle grace !!!) que je trouve très technique et merveilleuse. Jugez vous-même !  

Bonjour, 

Un peu de culture ne nuit pas.

Le tri de mes photos et vidéos est presque terminée. 

Je vous laisse apprécier ces spectacles de danse que j’ai pu filmer au théâtre Sovanna Phum, petite association,  pour le maintien de notre culture par la danse classique et folklorique, diversifié  par des scènes de théâtre d’ombre, etc… Certaines musiques et figures de danse sont parfois modernisées (exprès) par le directeur artistique de cette association dont vous trouverez ci-dessous le lien du siteweb :   

http://shadow-puppets.org/

 J’ajoute que le petit théâtre ne paie pas de mine car l’association reçoit peu de subvention mais la qualité de ces danseurs, sortis de l’école des Beaux Arts de Phnom Penh mérite vraiment que l’on s’y intéresse.  Bien cordialement Aline Honorine Fitte   

 

Image de prévisualisation YouTube                                                      ©Aline H.Fitte

Je suis allée à plusieurs reprises, ici, c’est le Ramayana….de nombreux tableaux représentant de danses aussi gracieuses les unes que les autres. Il y a surtout la danse des singes, dansée par ces mêmes garçons de la danse de géants ci-dessus.   

Image de prévisualisation YouTube                                                   ©Aline H.Fitte

Ici, une autre soiree en perspective, ce sont des marionnettes ou theatre de l’ombre…salutationfinale.jpg                                               ©Aline H.Fittep1030777resize.jpg honorineavcroneatresize.jpg    Voici la scene avec les musiciens en repetition pour la soiree. L’un d’eux m’a fait l’honneur d’essayer le son du Roneat (sorte de xylophone khmer).p1040805resize.jpg                                                   ©Aline H.Fitte Que la musique commence !p1040807resize.jpg                                                       ©Aline H.Fitte p1040808resize.jpg                                                            ©Aline H.Fitte p1040809resize.jpg Sylvie, Anne-Marie et moi-même, sommes montées sur la scène pour féliciter ces magnifiques danseurs. Mon préféré, est celui qui est avec le Kbène (pantalon bouffant khmer) violet. Nous voyons Anne-Marie, en plein essai avec le tambour a l’arrière-plan. Sylvie, ravie, comme d’habitude ! p1040810resize.jpg                                                   ©Aline H.Fitte  Je fais honneur au directeur artistique en le felicitant.enfantsscene.jpg marionettes.jpg                                                    ©Aline H.FitteIl y a une petite boutique d’exposition et vente de marionnettes, toutes fabriquées en peau de boeuf (NON pas en peau de Vache  ! Rire)

honotroupe.jpg                                                   ©Aline H.Fitte

A la fin de la représentation, les danseurs sont toujours contents de vous laisser prendre des photos avec eux sur la scène. 

 

Le theatre SOVANNA PHUM ne donne des représentations que 2 jours par semaine, vendredi et samedi de 19h30 à 21h00.

Alors, si vous aimez, un petit commentaire serait le bienvenu afin que je transmette a la petite troupe de danseurs et au directeur technique de Sovanna Phum …

 



…des monuments à visiter à Phnom Penh et scènes de vie au Cambodge.
12 février, 2009, 9:45
Classé dans : Art et culture,Decouvertes

  cimg0319resize.jpg©H.Fitte

C’est le magnifique Musée National du Cambodge qui est situé dans le quartier du Palais royal. Il renferme des trésors  pré et angkoriens. Il se nomme aujourd’hui, Musée Albert Sarraut, du nom de son fondateur, Gouverneur général de l’Indochine et inauguré le 13 avril (le Nouvel An khmer débute le 13 et se termine le 15 avril) 1920 en présence du Roi Sisowath. 

Bonjour, 

Je vous ai promis des photos de quelques monuments de Phnom Penh dont voici….avec quelques scènes de vie.

J’en mettrai d’autres des que j’aurai un petit moment.

Cordialement

Honorine Fitte

 p1020965resizeresize.jpg©H.FitteLa plaque de commémoration scellée sur un des murs du musée en hommage à  son fondateur, Albert Sarraut.p1020961resize.jpg©H.Fitte

Le petit plan d’eau dans les superbes jardins d’intérieur…j’ai encore plein de photos que je ne retrouve pas encore. Ainsi, cela vous exhortera à aller les admirer en grandeur nature. 

p1030606resize.jpg©H.Fitte

Ici, le Musée national  vu de face, nous tournons ainsi le dos à la splendide villa coloniale qui abrite les bureaux de l’Unesco.  

p1020966resizeresize.jpg©H.Fitte

Les bonzes sont tres présents dans la vie des Cambodgiens.

p1020956resize.jpg©H.Fitte

Ici la facade latérale droite du batiment . 

p1020957resize.jpg©H.Fitte

 p1020955resize.jpg©H.Fitte

Les jardins extérieurs d’une beauté naturelle où  sont éparpillées plusieurs statues de diverses divinités dont Shiva à  plusieurs bras et toujours le Lion , symbole de la force du nom khmer Seiha,,,c’est de là  que vient le prénom de notre Roi-père Norodom Sihanouk !

L’emblème de Sihanoukville est un lion, vous le trouverez en statue à l’entrée de la station balnéaire.

p1020959resize.jpg©H.Fitte

p1020958resize.jpg ©H.Fitte

Oh merveilles des merveilles, une minime mais quand même innombrable collection de statues de plusieurs périodes  angkorienne  et préhistorique. Une petite collection de lames de silex qui servaient d’armes ou d’ustensiles de cuisine, les anciennes cartes représentant le Cambodge, à son apogée,  où les Capitales thaie (Bangkok) et vietnamienne (Ho chi Minh , ancien Saigon) faisaient encore partie de notre immense Empire qui , au fil des années où se succèdent  guerres fraticides,  guerres des voisins avides de possession, se réduit en peau de chagrin aujourd’hui.

Juste un  conseil : la visite ne vous fera pas regretter votre séjour  à Phnom Penh, l’entree vous coutera 3 US $

 

  cimg0315resize.jpg©H.Fitte

Les jardins extérieurs d’une beauté naturelle où  sont éparpillées les statues de diverses divinités telles ici Ganesh, le Dieu Eléphant.  

  p1030555resize.jpg ©H.Fitte

p1030556resize.jpg ©H.Fitte

Et nous y voilà au fameux Marché russe où vous trouvez tout, de l’artisanat aux soieries khmères en passant par de la quincaillerie, des stocks d’habits des sur-quotas des usines , nourriture,  etc… Il est très sympathique , folklorique en un mot plein de charme ! Vous pouvez y revenir presque chaque jour pour compléter vos achats tellement il est grand. Mais, attention de ne pas vous égarer dans ses dédales car c’est un vrai labyrinthe avec des allées qui se ressemblent toutes. Les Cambodgiens l’appellent PSAR (marché) TUOL TOMPOUNG.  

p1030376.jpg

p1030378.jpg                                                   ©H.Fitte

Voici, la circulation à Phnom Penh en pleine heure de pointe (18h)…ça va et vient dans tous les sens, les Cambodgiens ne sont pas éduqués pour le respect du code de la route. Les motos arrivent parfois face à vous alors que d’autres viennent de votre gauche…alors pour éviter les uns et les autres, il faut faire comme eux : FAIRE le FORCING, au plus gros de s’imposer sinon, les motos ne vous laissent pas circuler ! Le pire c’est qu’ils sont tous INCONSCIENTS du danger !

pasagebabysit.jpg  ©H.Fitte

Il n’y a pas d’âge pour faire du baby-sitting au Cambodge. 

vatphnom.jpg©Aline H.Fitte

vatphnomeleph.jpg ©H.Fitte 

Voila, la colline , le Vat Phnom au milieu de la capitale. La légende dit qu’elle appartient à Dame Penh, d’où son nom actuel PHNOM PENH, la colline de Dame Penh. 

 

p1030608resize.jpg©H.Fitte  p1030610resize.jpg ©H.Fitte

A deux pas du Vat Phnom, des singes se baladent et grimpent partout…  

 

p1030613resize.jpg ©H.Fitte

Un aspect du quotidien des Cambodgiens moyens, ils utilisent toujours du charbon pour faire la cuisine.

p1030612resize.jpg ©H.Fitte

Un marchand de noix de coco, toujours avec sa charrette et  circule dans les rues de Phnom Penh…vous comprenez pourquoi, c’est un fleau de circuler dans la capitale !Cri

p1030614resize.jpg©H.Fitte

Le Palais Royal, majestueux et entouré dans son  environnement de 7 ha, face au confluent des 3 fleuves, le Tonlé Bassac, Tonlé Sap et bien entendu, le Mékong, long de près de 5 000 kms.  Le Mékong qui traverse plusieurs pays , de la Chine en passant par la Birmanie, Laos, Thailande, Vietnam  et atteint en plein centre de la Capitale khmère …qui inspire plusieurs films, qui tue aussi nombre d’humains lors des grandes crues  avec ses courants, c’est quelque chose, n’est-ce pas ?

 proyalinterieur.jpg  ©Aline H.Fitteproyalinterieurchanchaya.jpg ©H.Fitte

Ici, dans  l’enceinte du Palais Royal avec ses jardins visibles par des visiteurs car le Palais se visite et vous pouvez moyennant 5 $ bénéficier  des prestations de guides  francophones (cela vaut le coup). Sachez que des habits décoltés sont interdits par respect à la tradition khmère. Il y a des t-shirts qui se vendent si par mégarde, vous vous retrouvez en débardeurs ou autres. 

prpavinapoleon3.jpg ©H.Fitte

Le bâtiment gris un peu à gauche est le pavillon que Napoléon 3 a fait construire pour l’impératrice Eugénie !  

cimg0263resize.jpg ©H.Fittecimg0284resize.jpg © H.Fitte

Lors des fêtes  nationales, le Palais brille de tous ses feux !



Inauguration du chantier du Marché Central (Psar Thmei) à Phnom Penh
24 janvier, 2009, 7:15
Classé dans : Art et culture

 domemarchcntralpp21.jpg ©H.Fitte

Dans l’enceinte centrale du Marché Central (PSAR THMEI en khmer)

 chuktema20marche20central.jpg 

Jean-François Desmazières et Kep Chuktema © Nhim Sophal

Bonjour,

 Le Cambodge a herité de vestiges d’époque « coloniale » (sous le protectorat français)…..

Jeudi dernier, l’Ambassadeur de France, Mr Desmazières a ainsi inauguré les débuts des travaux du Marché Central (mon marché préféré) qui est d’une beauté et d’une architecture bien réfléchie pour la circulation de l’air notamment lors de la saison chaude. Ce qui nous amène à dire qu’il fait toujours frais dans ce marché surtout dans la partie centrale sous le dôme.

Les grands travaux vont donc être réalisés avec la subvention de la France, cf. l’article du Cambodge soir ci-dessous

http://www.cambodgesoir.info/content.php?itemid=35376&p=

« …Dans son discours, Jean-François Desmazières a fait un retour sur l’historique du bâtiment, construit en 1935 sous le règne du roi Monivong et sous Protectorat de la France. Il a souligné le fait que le dôme du marché est classé 5 ou 6ème au monde pour son intérêt architectural. « Ce marché n’est pas seulement un lieu de commerce, c’est aussi le symbole la beauté architecturale de Phnom Penh », a conclu l’ambassadeur de France.

Le gouverneur de la capitale, Kep Chuktema, a précisé que la rénovation était financée par l’AFD, à hauteur de 4,2 millions de dollars…. »

Bonne lecture !

Bien cordialement

Honorine Fitte

AFD : Agence Française de Développement

 domemarchcntralpp.jpg ©H.Fittemarchcenenceintecent.jpg © H.Fitte

Le magnifique dôme où des ouvertures sont bien visibles pour permettre la bonne circulation de l’air, ici, le coin des bijoutiers qui vendent des pierres précieuses et semi-précieuses extraites des terres du Cambodge tel Païlin (ancien fief des K.Rouges, puit infini de rubis, saphirs, émeraudes…), Preah Vihear car hormis l’héritage angkorien tant disputé par les Thailandais, cela reste un coin de pierres semi-précieuses….Mondolkiri où l’on trouve aussi des topazes, etc….

marchcenvendeurnourr.jpg ©H.Fittemarchcenallcent.jpg©H.Fitte

Ici, à l’extérieur, à partir de 16h30, la chaleur tombe tout doucement, vous trouvez des vendeurs de nourritures de toutes sorte (grillades de poulet, poissons, friandises,…) sur les abords de l’allée centrale (ci-dessus).

 marchcencoinbatiks.jpg ©H.Fitte

Ici, le coin des vendeurs de batiks et autres soieries ;

marchcencoindfleurs.jpg ©H.Fitte

et là, le coin des vendeurs de fleurs.

Je ne peux pas m’empêcher de vous faire partager quelques photos des belles maisons coloniales renovées  et à restaurer situees a Phnom Penh (Cambodge)…. régalez vos yeux !

  p1030607resize.jpg ©H.Fitte

Le splendide bâtiment qui sert de bureau à l’UNESCO situé dans le quartier du Palais Royal !

p1030617resize.jpg  ©H.Fittep1030615resize.jpg© H.Fitte

Dans le prolongement des bureaux de l’Unesco, voici d’autres maisons déjà rénovées et en cours de rénovation (achetée par le FCC, restaurant d’investisseurs australiens présent au Cambodge depuis le début des années 90)

p1030619resize.jpg ©H.Fittep1030621resize.jpg©H.Fitte

Ici, ces bâtiments ont été rénovés , ils se trouvent sur le boulevard Norodom, quartier prestigieux de belles demeures d’époque coloniale dont certaines déjà rénovées et d’autres en attente de fonds (qui servent de bâtiments administratifs) .

 p1030618resize.jpg ©H.Fitte

p1030620resize.jpg >

Au détour de mes promenades dans Phnom Penh, voici encore quelques belles demeures restaurées.

…..La suite, j’essaierai de vous montrer des monuments historiques dans Phnom Penh .



La Fête des eaux ou Bonn OM Touk
25 novembre, 2008, 20:11
Classé dans : Art et culture

p1020483resize.jpg  

Le défilé des bateaux avec l’emblème de tous les ministères, ici c’est celui du Palais Royal, pour clore ces 3 jours de festivités. En khmer, c’est le « Loy Pratit »

Bonjour,

La fête des Eaux se déroule cette année du 11 au 13 novembre .

J’ai pu assister avec le docteur Saint-Georges (un peu un « enfant du pays « car il a vécu ses 14 premières années au Cambodge)… ce sont donc un peu nos souvenirs d’enfance !

Ne soyez pas jaloux Bisou! comme je désire plus que tout partager tout avec vous, en voici quelques belles photos…

Cordialement

Honorine Fitte

p1020454resize.jpg 

Ceux-ci, en rouge, c’est l’équipage royal.

omtouk2.jpg

 

Il y avait, cette année plus de 400 bateaux à concourir…nous avons assisté le jour de la finale.

omtoukcoupegagnant.jpg

omtoukprixgagnantes.jpg

Le Roi remet des coupes et prix aux gagnants. Parmi eux, il y a une équipe féminine.

p1020435resize.jpg p1020439resize.jpg   

Après le lâché des ballons, vous voyez, ici le défilé des bâteaux des divers ministères avec chacun son emblème.

 p1020486resize.jpg 

Celui du Palais Royal est apparu en 1er, suivi après de celui de l’Assemblée Nationale.

Vous remarquerez, la progression de la lumière allumée au fur et à mesure de la tombée de la nuit.

omtoukroiroi.jpg

L’arrivée de sa Majesté le Roi Sihakmoni NORODOM.

omtoukgagnant.jpg

Il salue les participants.

omtoukdocaline.jpg

Le docteur Saint-Georges et moi-même.



Les maisons traditionnelles en bois de Battambang
19 septembre, 2008, 6:16
Classé dans : Art et culture

27.jpg 

Cette maison au milieu de bananiers et palmiers entourée d’une  coursive avec des balustrades un peu plus travaillées que les ordinaires.

Bonjour,

Ces jolies maisons anciennes faites en bois et en bambou, datant du début XXè tendent à disparaître…

Heureusement, pour les maintenir dans la postérité, notre jeune peintre CHUM Channa a su les reproduire grâce à son talent de peintre, d’observateur. Tout au long de ses promenades dans la région de Battambang , il a remarqué ces vieilles maisons habitées par des villageois et a décidé de les peindre.

Ces maisons sont dessinées avec une méticulosité, une finesse, une harmonie de couleurs qui se fond dans la nature. Notre jeune ami a su les mettre en avant, majestueuses dans leur élément naturel, vivantes dans la vie quotidienne…

Je ne peux m’empêcher de vous faire partager ces belles oeuvres que j’ai découvertes grâce au Reyum dont ci-dessous le lien du site web http://www.reyum.org/exhibitions/current_exhibit/current_exhibit.html#A

Si vous désirez consulter tous les dessins de ces maisons, cliquez sur NEXT à partir du n°15 puis vous verrez défiler une par une ces magnifiques aquarelles.

Le REYUM est une Ecole d’art, un Institut culturel issu d’une ONG situé en plein centre de P.Penh. Il est sponsorisé par la Rockfeller Foundation entre autres. Il permet aux jeunes  enfants déshérités de se familiariser avec l’art khmer, de pouvoir apprendre la peinture pendant quatre années. Les enfants se retrouvent à l’Institut régulièrement après l »école http://www.reyum.org/artschool/index.html

Nous remercions ses fondateurs Ly Daravuth et feu Ingrid Moan, une Américaine (un hommage lui est rendu )http://www.reyum.org/media/french_articles/2006_02_02/2006_02_02.html    qui ont contribué ainsi à maintenir et promouvoir les tradition et culture khmère.

CambodgeSoir.info écrit régulièrement des articles sur les expositions au Reyum en Français regroupés ici  http://www.reyum.org/media_france.html    cliquer sur France pour voir la version française

Je décide de mettre un lien permanent du Reyum sur ce blog, regardez à gauche…

…régalez vos sens …!

Cordialement

H.Fitte

30.jpg

Celle-ci, également avec des balustrades travaillées différemment. Le riz a été enlevé de ses écorses et rassemblé en 2 sacs en toile de jute…le reste non encore prêt , étalé sur un tissu bleu.

29.jpg  

Ici, les épis de riz attendent les maîtres de maison …Non, nous ne sommes pas en Normandie !Rire…malgré la ressemblance avec les épis de blé.

35.jpg  

Comme dans tous les villages, les animaux domestiquent courent en toute liberté.

40.jpg 

Celle-ci est une petite maison, pas très haute donc à mon avis, elle est habitée par une petite famille.

39.jpg

Celle-ci est indéniablement pour une famille nombreuse. Vous remarquerez qu’elle est très haute, les colonnes en bois massif sont maintenues par des supports en ciment.

 



« l’Indochine en images »
8 août, 2008, 11:30
Classé dans : Art et culture
 


 

 

 

Photographer Gsell

Bonjour iconfleur.gif,

Je créé cet espace « Art et Culture » afin de vous faire mieux connaître  la culture du Cambodge, culture qui de par son histoire a un lien étroit avec la France.

Je viens de trouver dans le petitjournal.com dont le lien http://www.lepetitjournal.com/content/view/29959/1841/ l’annonce d’une prochaine parution (2ème édition) d’une  collection de photos anciennes sur l’Indochine,  riche de plus de 7 500 illustrations  sur le Cambodge datant du temps du protectorat (1863) français accompagnées de textes puisés dans le fonds des livres détenus dans les bibliothèques de l’Asie du Sud-est depuis l’origine de l’Indochine.

Ce « trésor » historique et culturel de notre pays est le fruit de recherches fructueuses de plusieurs acteurs dont le FSP (Fonds de Solidarité Prioritaire) de la Valorisation de l’Ecrit de l’Asie du Sud-Est (VALEASE) en coopération avec l’Ambassade de France au Cambodge, la BNC (Bibliothèque Nationale du Cambodge) et l’ANC (Archives Nationales du Cambodge).

Cette deuxième édition sera parue prochainement le 15 novembre. Je suis impatiente de la découvrir et ne manquerai pas de vous en informer et éventuellement indiquer comment s’en procurer .

@ bientôt


les papillons jaunes |
Ménage, Repassage, garde d'... |
Fédération Régionale des MJ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nous les retraités (ées) CG...
| 4L TROPHY 2009 - Tech de Co...
| Association des Résidents d...