Bienvenue sur mon blog

« Le Cambodge endormi par les marchands de sable », titre le journal Ka-set
17 février, 2009, 7:05
Classé dans : Actualités..Brèves..News,b. KOH KONG-Orphelinat & Hopital

ferberdscbornella1.jpg
Plongeurs, scientifiques et villageois se mobilisent pour la protection des fonds marins du Cambodge (28-08-2008 Ka-set)

Bonjour,

Ka-set, le journal d’information cambodgienne en langue française, titre ainsi sa page du 16 février 2009

Les journalistes font leur travail et ont « balancé » un pavé dans la mare… à savoir : dénoncer la corruption omni présente dans le royaume. 

texte ecrit en bleu extrait de :  http://ka-set.info/actualites/environnements/cambodge-environnement-exploitation-sable-dragage-concessions-koh-kong-090216.html 

 « Depuis que Singapour s’est vu interdire l’exploitation du sable indonésien, la cité-Etat, dont la surface atteint moins de 650 km2, est bien en peine de trouver le sable dont elle a besoin pour ses gargantuesques travaux de rénovation et d’agrandissement. Aussi s’est-elle tournée vers un pays beaucoup moins regardant et dont le coût d’achat du sable reste très bon marché : le Cambodge. Depuis un an, la province de Koh Kong et celle de Kandal assistent à un ballet de bateaux, arrivant parfois par dizaines pour draguer les fonds ou creuser le long des côtes afin de ramasser le plus de sable possible et l’exporter vers Singapour, où les sociétés le revendront plus de quatre fois le prix initial, selon l’ONG environnementaliste Global Witness qui pointe également du doigt l’opacité autour de ce marché. De quoi attirer les convoitises mais également inquiéter les associations de défense des fonds marins, qui redoutent l’impact de cette exploitation intensive. A raison, puisque des villageois se sont déjà plaints auprès des autorités après l’écroulement de leur maison survenu en conséquence.

Bateaux dragueurs mais bien peu séduisants…
On connaissait de KOH KONG sa nature luxuriante et sa jungle vallonnée, voilà que la province maritime est aussi devenue le paradis… des dragueurs. …

Non, mais il se trouve qu’actuellement, Singapour se sentant trop à l’étroit dans son territoire de 647 m2, recherche de façon urgente de grandes quantités de sable, l’indispensable ingrédient du béton.  

Singapour réveille les marchands de sable
La Cité-Etat ayant depuis longtemps épuisé ses propres réserves s’approvisionnait …

…A la recherche de sable bon marché, les barges des compagnies sablières ont donc fini par jeter l’ancre au large du Cambodge. Le royaume offrant non seulement des prix défiant toute concurrence mais également des conditions relativement favorables. Une longue plage de sables… mouvants ?
. Plusieurs témoins de l’organisation ont ainsi rapporté que de nombreux bateaux appartenant à des sociétés chinoises, coréennes ou taïwanaises venaient s’approvisionner au large de la province de Koh Kong, toutes dans l’intention d’exporter vers Singapour. Interrogés, des ouvriers auraient fait savoir que documents, contrats et paiements passaient obligatoirement par le bureau de Ly Yong Phat, un sénateur du parti au pouvoir, le PPC, souvent critiqué par les associations de défense des droits de l’Homme pour sa mainmise sur les affaires commerciales de la province et les expulsions forcées des occupants sur les nombreux terrains qu’il a acquis.… Selon moi, dans la province, les exportations n’excèdent pas 4 000 tonnes par mois. »
Egalement contacté par Ka-set, Pech Siyon, chef du bureau de l’industrie à Koh Kong, estime quant à lui la quantité de sable dragué autour de la province de Koh Kong entre 7 000 et 8 000 tonnes par semaine…

… »Global Witness table quant à elle sur près de 15 000 tonnes de sable exportées par semaine… Ce qui rapporterait selon elle 8,6 millions de dollars à la province de Koh Kong.

Environnement : attention danger ?
A l’opacité qui entoure ce marché s’ajoute une autre cause d’inquiétude : l’impact de ces pompages intensifs ne met-il pas en péril les écosystèmes sous-marins ? …

… « Pour l’instant, nous ne constatons pas d’impact direct sur les écosystèmes sous-marins, toutefois, nous restons très inquiets des conséquences que cela pourrait avoir sur une faune fragile, comme sur les hippocampes par exemple …

« Pour ce défenseur de la nature, il existerait pourtant une solution pour que le Cambodge continue à profiter de l’extraction du sable en protégeant la nature : « Il faudrait que chaque société impliquée dans l’extraction industrielle ou susceptible d’avoir un impact sur l’environnement donne une somme, une sorte de taxe, à titre de compensation. Grâce à cette taxe, le gouvernement pourrait financer des projets et aider le peuple cambodgien. » Utopique ? Peut-être, mais au moins ne se laisse-t-il pas endormir par les marchands de sable qui semblent bien avoir pignon sur rives au Cambodge. ..  »

Triste constat ! 

Bonne lecture. 

H. Fitte


2 commentaires
Laisser un commentaire

  1. Dana

    Toujours triste de voir comment les décisions de « vendre » notre territoire semblent être prises à la légère, sans réfléchir à l’avenir à long terme.

  2. LIAGRE DELPHINE

    Merci pour toutes ses photos, et je suis bien contente de voir que la fosse est vidée pour le bien être de ces petits bambins. Au plaisir de vous retrouver pour continuer nos actions pour ces enfants. Bravo pour tous Alina. Delphine bénévole en novembre 2008



Laisser un commentaire

les papillons jaunes |
Ménage, Repassage, garde d'... |
Fédération Régionale des MJ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nous les retraités (ées) CG...
| 4L TROPHY 2009 - Tech de Co...
| Association des Résidents d...